Maël Gros – Musée Terra Rossa, Salernes

Musée Terra Rossa – Salernes et l’entreprise de céramique d’Alain Vagh à Villescroze

DU 10/10/2022
AU 30/04/2023
Salernes
Musée Terra Rossa
Voir Modalités

Première édition pour cette résidence de recherche et de création de cinq semaines au sein du musée Terra Rossa de Salernes, dédiés à la céramique. L’artiste Maël Gros collaborera avec les céramistes du bassin de Salernes pour réaliser une série de sculptures présentées en 2023 dans les salles du musée réunissant une sélection la collection du Frac effectuée par Maël Gros.

Intégration de différents matériaux comme le bois ou le verre dans les productions permettant d’établir de nouveaux liens entre différentes pratiques.
Exposition des œuvres de l’artiste lors de la réouverture en avril 2023 dans l’espace dédié aux expositions temporaires du musée de la céramique en regard d’œuvres de la collection du Frac choisies par l’artiste en concertation avec l’ensemble des partenaires pour assurer la cohérence de l’exposition. Valorisation d’un territoire et d’un savoir-faire spécifique à un matériaux : l’argile.

Maël Gros vit et travaille à Marseille. Il est sculpteur et céramiste. Il façonne le grès par essais, trouvailles, répétitions et beaucoup de digressions. Il travaille sans croquis, sans modèle, avec peu d’outils et à l’échelle du corps pour que tous ses gestes oeuvrent à la forme. Maël Gros pense par colombins. Ils valent pour mots, pour phrasés. C’est là qu’il aime travailler la céramique : à la main
et avec la plasticité inhérente de l’argile, dans la possibilité de l’ajout, du retrait, de la reprise, de la reformulation.
Les céramiques de Maël Gros sont assemblées avec du béton, de la cire, du bois, du savon, des huiles… Leur utilisation sont autant d’ouvroirs et de déplacements sensibles pour la forme et sa
possible figuration.

« La terre argileuse de Salernes est une terre rouge, couleur de rouille, couleur donnée par l’oxyde de fer qu’elle contient en grande quantité, rouge de rouille caractérisant les tommettes recouvrant le sol, entre autres, des appartements marseillais. La terre de Salernes pour être façonnable en volume devait être dégraissée avec des sables ou des tessons concassés d’argile cuite. La technique n’a pas changé, et j’ai décidé de façonner avec la terre argileuse de Salernes, une terre qu’il faut rebattre aux pieds mélangée à de la chamotte pour qu’elle puisse tenir ces grands volumes, sans risque d’ajout d’air ou de fentes au séchage. J’avais envie de travailler avec cette terre locale, sans la connaître et recommencer mes recherches d’émaux, cette fois dans les basses températures. Je suis arrivé ici en résidence avec un petit livre incompréhensible et elliptique, “corpus” de Jean-luc Nancy. A la fin il y a un court texte en ajout intitulé 58 indices sur le corps, qui pourrait tout aussi bien être un petit guide pour la sculpture. En commençant des recherches d’émaux sec je relis en même temps et par petit bout le livre de Derek Jarman sur les couleurs et surtout son chapitre sur le violet. J’ai ramassé aussi quelques “cailloux” de tuf de Villecroze où les racines, les feuilles compactées ont été pétrifiées par le calcaire et où par sédimentation, il se forme des bas-reliefs pierreux. Je vais aussi aller cueillir cette
sève de pin que j’ai vu au bord de la Bresque, qui viendra je crois comme couler en goutte, par ces trous, des sculptures. Amalgame de sève larmée, de bas relief jetés, et en fond ces veilles statutaires
à réactualiser, fait de bouts assemblés et de flux coulants. »  Maël Gros

En partenariat avec le FRAC Provence-Alpes-Côte d’Azur et le MuséeTerra Rossa

 

i

Texte Critique d'Art

Pratique

Du 10/10/2022

Au 30/04/2023

Musée Terra Rossa

Quartier Les Launes, Route des Quatre Chemins, 83690 Salernes

residence@voyonsvoir.org

Soutiens

Share This